Comment bien préparer son voyage en Géorgie ?

Quand on évoque la Géorgie, on pense aux montagnes du Caucase. Cependant, peu, y compris nous, savent positionner ce pays ! Il est coincé entre la Russie, la Turquie et proche de l’Iran et a dû subir, à de nombreuses reprises dans son histoire, les velléités expansionnistes de ses puissants voisins.

Aujourd’hui, c’est un état indépendant, mais amputé de deux régions sécessionnistes : l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. Ex-république de l’URSS, il a conclu depuis un accord d’association avec l’Union européenne. Un pays complexe que nous avons eu envie de découvrir !

Dans cet article, je vous explique comment nous avons préparé notre voyage réalisé en juillet 2021.

Notre voyage de trois semaines en Géorgie à l’été 2021

Nous avons réalisé un voyage de trois semaines en Géorgie à l’été 2021. A la suite de ça, j’ai écrit trois articles. Celui-ci qui vous explique comment nous avons préparé notre voyage.

Si vous ne l’avez pas déjà fait je vous invite à lire au préalable les deux premiers articles sur nos impressions de voyage :

  1. Le premier sur les montagnes du Grand Caucase qui sont incontestablement la principale raison de visiter ce beau pays.
  2. L’autre sur les villes de Géorgie qui sont loin d’être inintéressantes.

Nos sources d’inspiration

Pour préparer notre circuit, nous commencons par regarder quelques blogs de voyageurs. Les photos et les articles que nous découvrons nous donnent encore plus l’envie d’y aller. Les montagnes sont splendides, la cuisine fait l’unanimité et les Géorgiens semblent accueillants.

Mais nous avons du mal à nous faire une idée de l’organisation d’un voyage. Les lieux comme la Svanétie, Stepansminda ou Telavi ne nous parlent pas et les blogs manquent de cartes pour pouvoir les situer.

Deuxième source d’inspiration : nous allons voir les itinéraires proposés par les voyagistes. Nous comprenons un peu mieux où sont les principales attractions du pays. Mais nous sommes sceptiques sur les circuits en général très courts (entre 5 et 13 jours sur place) ou trop ambitieux avec des combinés pour découvrir deux ou trois pays (Arménie et Azerbaïdjan en plus de la Géorgie) en moins de deux semaines ! C’est le syndrome du touriste qui veut voir le maximum de chose dans le minimum de temps. Une approche du voyage qui n’est pas la mienne !

Nous achetons aussi un guide voyage : l’excellent « Géorgie » de la collection « 3 en 1 ». Il regroupe un guide, un atlas et une carte laminée. Très complet et dense, il nous permet de mieux visualiser le pays et de commencer à construire notre itinéraire. On trouve beaucoup de choses sur internet, mais un guide est plus exhaustif et souvent plus structuré.

Notre circuit en Géorgie sur une carte
Voilier en transparence sur la mer de Waden

Nos choix d’organisation du voyage

Ayant une disponibilité de trois semaines nous pouvons envisager une visite confortable et malgré tout assez complète du pays. La Géorgie est un petit état : environ deux fois la taille de la Belgique. Bien évidemment nous faisons des choix et ne cherchons pas à tout voir !

Très vite se pose la question du mode de transport. Le réseau ferroviaire est peu développé et nous ne l’utiliserons que pour un seul trajet entre Batoumi et Tbilissi.

Il y a des bus et surtout des « marchroutka », les taxis collectifs de Géorgie qui permettent de se rendre à peu près n’importe où. Ils sont bon marché, mais peu confortables et souvent pilotés par des chauffeurs assez téméraires.

Nous choisissons, pour finir, de louer un véhicule que nous conduirons nous-mêmes. D’après nos recherches sur le web, un 4×4 s’impose. Ce sera notre poste budgétaire le plus élevé, mais nous ne le regretterons pas. Nous avons pu aller dans des endroits reculés du pays sur des pistes parfois difficiles avec un sentiment de sécurité et de confort.

Notre circuit final se décompose en 6 grandes étapes.

  • Tbilissi
  • Omalo en Touchétie avec un rapide passage en Kakhétie
  • Juta et Stepansminda en Kazbégie
  • La traversée du Petit Caucase via Mtskheta, Gori, Borjomi Akhaltsikhé, Sairme et Kutaisi
  • Maseri, Mestia et Ouchgouli en Svanétie
  • Batoumi

La carte suivante vous donne la possibilité de reconstituer notre itinéraire et, aussi, de situer les principaux sites touristiques de la Géorgie. Les numéros vous permettent de repérer le sens de notre trajet et les lieux où nous avons dormi.

Carte avec le circuit de notre voyage en Géorgie

Notre approche du voyage est de ne pas essayer de tout voir, mais de bien profiter de chaque journée de notre périple. Nous avons privilégié la découverte du Grand Caucase et les promenades en montagne.

Nous avons cherché à limiter au maximum les grandes étapes en voiture, entrecoupée de jours réservés à la visite ou la randonnée.

Nous avons aussi veillé à choisir des hébergements avec une possibilité d’annulation assez tardive pour pouvoir modifier en cours de route, si besoin, notre parcours. Ce que nous avons d’ailleurs fait à deux reprises.

Bien sûr, notre circuit est arbitraire et nous avons fait l’impasse sur des lieux réputés comme le monastère de David Garedja à la frontière avec l’Azerbaïdjan, Vardzia ou la région d’Ajara dans l’arrière-pays de Batoumi. Nous n’avions que trois semaines !

Chevaux gambadant au pied du Mont Kazbek

Notre programme jour par jour

Dans cette section, je vous décris notre programme final tel que nous l’avons réalisé. Il nous a semblé bien équilibré entre visites, randonnées et trajets. Aussi nous vous le recommandons.

Tous les hébergements nous ont donné satisfaction avec un bon rapport — qualité prix. C’est pourquoi nous vous les mentionnons avec un lien soit vers le site internet s’il existe ou si non vers booking.com.

Jour 1 : Paris CDG — Tbilissi

Nous prenons le vol Air France non-stop. Avec un départ à 13 h 25 et une arrivée à 20 h 15 les horaires sont particulièrement confortables.

Il n’y a, en été, que deux heures de décalage avec la France (lorsqu’il est midi à Tbilissi, il est 10 h à Paris)

Hébergement : Communal Hotel Solaki

Jour 2 et 3 : Tbilissi

Nous avons découvert la ville à pied. Pour le fun, nous avons emprunté le funiculaire et le téléphérique.

Ce sont aussi deux jours consacrés à prendre nos marques dans le pays et finaliser les derniers détails de l’organisation de notre voyage.

Jour 4 : Tbilissi — Telavi — Omalo

190 km — 7 h dont 74 km de piste en 4 h par la route dite « aux 100 virages ». Nous vous en disons plus dans notre article sur la Touchétie.

La voiture – Une Nissan X Terra — nous ai livrée directement à l’hôtel. Elle se révèlera être un excellent choix : puissante, confortable et maniable.

Hébergement : Guest House Shina

Jour 5, 6 et 7 : Omalo

Nous effectuerons une randonnée chaque jour en Touchétie. Le premier jour nous grimperons vers la forteresse de Kavlo au-dessus du sublime village de Dartlo.

Le deuxième nous rejoindrons les villages de Shenako et Diklo très bien préservés.

Enfin, le troisième jour nous ferons une jolie balade le long d’une crête qui nous donnera des magnifiques vues sur le Parc National de Touchétie.

Vue de la forteresse d'Omalo la nuit

Jour 8 : Omalo — Babaneuri

80 km — 4 h

Hébergement : Babaneuris Marani (un hôtel entouré de vignes avec une piscine bien agréable. Des dégustations de vin sont possibles, mais il faut les réserver avant votre arrivée). Cet après-midi-là, nous avons eu de fortes pluies. Nous en avons profité pour visiter la jolie église de Talaverdi dans un monastère au milieu des vignobles.

Jour 9 : Babaneuri — Juta

180 km — 4 h 30

La route le long des contreforts du Caucase pour rejoindre la Kazbégie devait être belle, mais nous n’avons pas vu grand-chose à cause des pluies qui n’ont cessé de la journée.

Hébergement : Fith Season – un coup de cœur ! Je vous en dis plus dans l’article sur la Kazbégie.

Jour 10 : Juta

Au matin, nous avons été réveillés par un magnifique soleil ! Nous sommes donc partis pour une longue excursion à pied vers le col de Chaukhi.

Le soir nous avions prévu d’aller dormir à Stepantsminda. Mais fatigué, par la randonnée, et comme nous sentons bien sur place nous avons décidé de rester coucher à Juta.

Jour 11 : Juta — Stepantsminda

20 km — 0 h 30

Journée de transition et de repos. Nous faisons une ascension… mais en téléphérique vers la station de ski de Gudauri.

Hébergement : Up

Vue téléphérique à Gudauri

Jour 12 : Stepantsminda

Nous faisons la randonnée vers le glacier du Mont Kazbek.

Celle-ci étant très longue avec un bon dénivelé, nous partons de l’église Gergeti Trinity. Nous avons quand même fait 1200 m de grimpette et 6 heures de marche.

Jour 13 : Stepantsminda — Truso — Gudauri — Mtskheta

140 km — 3 h

Randonnée de 10 km dans la vallée de Truso aux confins de l’Ossétie du Sud. Puis nous poursuivons vers Guadauri, la grande station de ski de Géorgie à l’urbanisation sauvage et sans charme. Nous avions prévu d’y dormir, mais nous préférons continuer vers un hôtel proche de Mstskheta.

Hébergement : Villa Mosavali (un hôtel près d’un vignoble avec une piscine bien agréable pour nous relaxer après les randonnées !)

Jour 14 : Mtskheta — Gori — Borjomi

170 km — 2 h 30

Visite et déjeuner à Mstkheta, puis départ vers Borjomi via la seule autoroute du pays. Nous ferons une étape à Gori pour parcourir le musée Staline.

Hébergement : Golden Tulip (le bâtiment — un ancien palais — est exceptionnel. Il est dommage que la décoration des chambres soit trop standardisée par la chaine Golden Tulip).

Soeur se rendant à la chapelle dans la vallée de truso
Vue aérienne de Mtskheta

Jour 15 : Borjomi

Balade dans Borjomi et alentour. Je vous en dis plus sur l’article consacré à Borjomi.

Téléphérique de Borjomi

Jour 16 : Borjomi — Akhaltsikhé — Sairme — Koutaïsi

170 km — 5 h

Jusqu’à Akhaltsikhé, la route est facile. Après la visite du château de Rabati nous partons vers le nord sur une piste qui traverse le Petit Caucase avant de rejoindre la petite ville thermale de Sairme. Nous continuons sur une bonne route vers Kutaisi.

Nous faisons l’impasse, à regret, de visiter le site troglodyte de Vardzia, mais cela nous aurait allongé le trajet de 120 km. Nous avons jugé que cela nous ferait trop.

Hébergement : Hotel Veneto

Jour 17 : Kutaisi — Mazeri

220 km — 4 h

Une route le long des contreforts du Caucase nous permet de rejoindre la Svanétie.

Nous aurions pu visiter les gorges de Martvili, mais elles sont prises d’assaut par les touristes et aménagées sans considération pour le site. Nous avons préféré nous arrêter plus loin voir l’impressionnant barrage de la rivière Patara Enguiri.

Hébergement : Guesthouse Shuan

Jour 18 : Mazeri

Nous avons fait une jolie randonnée vers une cascade au pied du glacier du Mont Ouchba.

Cascade au pied du glacier Tchalaadi

Jour 19 : Mazeri — Ouchgouli

70 km — 2 h

La route vers Ouchgouli est maintenant en grande partie refaite. Les 15 derniers km sont en travaux et rendent l’accès encore compliqué. À l’arrivée, c’est l’effet « wahooh » et nous nous sommes assis en haut du village à tout bonnement profiter du spectacle qui nous était offert !

Hébergement : Old Tower (très simple, avec salle de bain partagée, mais il n’y a pas mieux).

Jour 20 : Ouchgouli

Levés de bonne heure, nous étions motivés pour une belle randonnée…

Mais après deux heures de montée sur une crête nous avons dû rebrousser chemin à cause d’un gros orage. Revenus trempés jusqu’à l’os, nous sommes allés au cinéma !

Vue générale de la vallée de Ouchgouli
Entrée du cinéma à Ouchgouli

Jour 21 : Ouchgouli — Mestia

45 km — 1 h 30

Hébergement : Guesthouse Mountain View (le meilleur rapport qualité-prix de notre voyage)

Jour 22 : Mestia

Nouvelle journée maussade.

Nous ferons une petite randonnée vers le glacier Tchaladi depuis le fond de la vallée.

Jour 23 : Mestia — Batoumi

270 km — 6 h

Hébergement : Gonio Inn (chambre avec vue sur la mer Noire) situé à Gonio, une petite cité balnéaire à côté de Batoumi.

Jour 24 : Batoumi

Visite de la ville.

Je vous en dis plus dans l’article consacré à Batoumi.

Vue générale de la plage de Gonio
Vue de la tour Alphabet et de la plage à Batoumi

Jour 25 : Batoumi — Tbilissi

Nous rendons la voiture de location à la gare de Batoumi. Départ du train à 15 h et arrivée à 20 h 35. Le train est tout neuf, climatisé, mais aménagé comme une rame de banlieue !

Pour un surcoût modique, nous prenons la Première classe un peu plus confortable.

Hébergement : Ibis Style (très bien situé à côté de la place de la Liberté. Les chambres en hauteur ont des vues superbes sur la ville)

Jour 26 : Tbilissi — Paris CDG

Retour par le vol direct Air France avec un départ à 9 h et une arrivée à 12 h 5.

La cuisine géorgienne : à découvrir absolument !

Un voyage en Géorgie c’est aussi l’occasion de découvrir l’excellente cuisine. Elle est influencée par le Moyen-Orient et la Russie. Les légumes locaux sont variés, les viandes excellentes. Et les cuisiniers savent agrémenter leurs plats avec des herbes, des noix, des oignons ou de l’ail. La Géorgie est aussi très fière de ses vignobles. Le vin vous surprendra car il n’a rien à voir avec ce que nous connaissons. Le Saperavi, un vin rouge sec, nous a semblé le mieux convenir à nos palais français !

Le katchapouri, fourré au fromage ou à la viande, vous régalera. Le pain, avec sa forme bizarre, est un vrai délice. Vous mangerez bien partout en Géorgie mais c’est à la capitale que vous aurez les meilleurs restaurants.

Restaurant géorgien
Pain géorgien typique
Patio du restaurant Litera
Plats géorgiens

Notre bilan au retour du voyage

Nous avons beaucoup aimé ce pays. Les Géorgiens sont accueillants. Nous avons eu un sentiment de grande sécurité et de respect en tant que touristes.

Le programme que nous avions concocté s’est révélé un bon choix. Diversifié et limitant au maximum de longs parcours en voiture.

Nous avons été surpris par la météo que nous n’imaginions pas aussi humide dans cette partie du monde.C’est pourquoi nous avons été contents d’avoir prévu, à chaque fois, de rester plusieurs jours dans un même secteur. Cela a augmenté nos chances de voir dans de bonnes conditions les sites d’intérêt tout en ménageant des moments de repos.

Trois semaines étaient une durée correcte pour découvrir le pays. Un séjour de deux semaines est possible en supprimant une ou deux régions de notre programme. Moins de dix jours sur place sont, à notre avis, trop courts.

Fermier travaillant au pied du Mont Ushba

Le 4×4 nous a été très utile pour aller à Omalo et sur la piste entre Akhaltsikhé et Sairmé. Il vaut mieux cependant être un conducteur aguerri.

Sinon, le réseau routier est tout à fait correct et, en étant prudents, nous nous sommes vite habitués à la conduite locale ! De ma vie je n’ai jamais franchi autant de lignes continues pour dépasser les véhicules ! Dernière particularité : les vaches. Elles broutent le long des routes et sont indifférentes aux voitures qu’elles laissent passer nonchalamment.

Les randonnées que nous avons faites étaient faciles à trouver grâce à un balisage type GR. Le guide « 3 en 1 » vous en donne de très utiles descriptions.

La cuisine géorgienne a été une bonne surprise. Un peu répétitive dans les montagnes, mais nous avons découverts des restaurants très sympas en ville.

Nous resterons frustrés en ce qui concerne le vin. Nous avions de grandes attentes, car tous les guides mentionnent la Géorgie comme le plus ancien pays vinicole du monde. Mais la vinification avec des amphores donne un vin très différent au goût de ce que nous connaissons. Nous aurions aimé rencontrer un expert pour nous guider dans nos choix qui ont souvent été décevants.

Ce que nous avons dépensé pour notre voyage en Géorgie

Le coût de la vie est encore très modéré par rapport à chez nous.

Voici quelques références (2021) pour construire votre budget :

  • Nuit hôtel confortable (type 3 étoiles) en ville : 80 EUR à 100 EUR avec petit déjeuner
  • Nuit en guesthouse en montagne : 30 EUR à 40 EUR avec petit déjeuner
  • Repas dans une guesthouse ou restaurant simple : 3 EUR à 10 EUR par personne
  • Repas dans un bon restaurant en ville : 15 EUR à 40 EUR par personne avec le vin
  • Location voiture type 4X4 : 50 EUR à 80 EUR par jour selon la durée et le modèle
  • Essence : environ 1 EUR par litre. Attention : un 4×4 consomme beaucoup : environ 15 l / 100 km.
  • Billet d’avion Paris Tblissi : entre 250 EUR et 500 EUR selon la compagnie, la période et si vous prenez un vol direct ou non.
  • Billet train 1ère classe Tbilissi Batoumi : 17 EUR
Auteur contemplant glacier Ouchgouli

Notre conclusion !

La Géorgie commence à être connue des Français. Après les Polonais et les Émiratis, c’est le groupe de touristes le plus important que nous ayons rencontré.

Le Covid a asséché le tourisme de groupe ce qui était plutôt une bonne nouvelle. Alors, allez-y pour vos prochaines vacances ! Vous ne serez pas déçus.

 

Conseils pratiques pour votre voyage en Géorgie

Nous vous préconisons de louer une voiture. L’agence locale « Parent » que nous avons utilisée offre un service client exceptionnel bien supérieur à celui des grands loueurs internationaux. En contrepartie, vous aurez un véhicule un peu plus ancien, mais à un tarif très compétitif. Nous la recommandons chaleureusement.

Parent.ge

Le train est utilisé entre Batoumi et Tbilissi et Zugdidi et Tblissi. Le meilleur site pour acheter les places est TKT.  

Tkt.ge

Si vous voulez tenter le vol Tblissi Mestia, vous pouvez réserver votre place sur Vanilla Sky. Nous serions curieux d’avoir votre retour d’expérience dans les commentaires !

Vanilla Sky

Il est difficile d’avoir une météo fiable. Des journées de grosses pluies se sont révélées belles, et inversement. De façon surprenante, beaucoup d’internautes recommandent le site de la météo norvégienne pour la Géorgie !

yr.no

Les liens vers les hébergements que nous avons utilisés, et qui nous ont plu, sont accessibles dans la partie consacrée à notre programme jour par jour ici

Nous avons utilisé deux guides « papiers ».

L’excellent « 3 en 1 » pour ses nombreuses cartes et indications de randonnées.

Le Lonely Planet « Géorgie Arménie Azerbaïdjan » , pour ses recommandations de restaurants et ses bons tuyaux.

Pour organiser vos treks, il y a un blog incontournable créé par un Slovène : Jozef. C’est une vraie bible ! Je vous conseille de vous inscrire aussi sur son groupe Facebook pour avoir les informations les plus récentes

caucasus-trekking.com

Parmi les blogs de voyage, je vous en ai sélectionné 3 qui ont un vrai contenu et vous apporteront une vision de voyage complémentaire de la nôtre.

 

Laurent est l’auteur du blog « onechai ». Son blog est plein d’humour et il recherche avant tout le contact avec la population locale. J’aime son enthousiasme et la lecture de ses articles m’a donné envie d’aller en Géorgie. Laurent a rejoint la Géorgie en bateau depuis l’Ukraine !

onechai.fr

 

Ce couple de « millénials » a passé 7 semaines en Géorgie. Leur retour d’expérience est intéressant et leur blog est l’un de ceux qui m’a donné envie d’aller sur place. Ils ont visités la Kakhétie et ont fait une randonnée dans le parc national de Borjomi.

mifuguemiraison.com

 

Emily est une Australienne qui vit à Tbilissi. Son blog, en anglais, est une mine d’informations pratiques.

wander-lush.org

კარგი მოგზაურობა !

Bon voyage!

7 Commentaires 

  1. Excellent !ou habitez vous ?cordialement Remy de Mougins

    Répondre
    • Merci Rémy. Je suis en région parisienne.

      Répondre
  2. Merci pour toutes ces infos super eclairantes.. 😊 maintenant moi ce qui me stresse énormément est l’état des routes, si cetait a refaire prendriez vous le bus pour vous rendre en montagne et comment s’est passé le trajet en montagne?

    Répondre
    • Merci pour vos commentaires. Pour la route tout dépend où vous allez. La piste vers Omalo ou Ushguli est un peu compliquée mais les routes vers Mestia ou Stepantsminda ne posent aucun problème. Si c’était à refaire je relouerai une voiture.

      Répondre
      • Un grand merci .. nous sommes encore a batir le squelette de notre voyage, nous essayons de trouver le meilleur itinéraire qui nous permettrait de voir le max de montagne sans avoir a faire trop de route dangereuse.. si les routes sont hasardeuses nous prendrions un chauffeur privé..

        Répondre
        • Avez vous dépasser le stade du squelette…. votre itinéraire final nous serait fort utile, nous prévoyons le circuit fin juillet 2024 et comme vous nous nous orienterons vers le chauffeur privé, les routes m’angoissent un peu

          Répondre
  3. Merci pour toutes ces informations qui vont nous être très utiles pour notre découverte que nous prévoyons fin juillet sur 3 a-à 4 semaines ; nous pensons faire appel à un chauffeur privé les routes me faisant un peu peur

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *